Estelle Henriot
travaux oeuvres livres interventions contact
(l'utile)
influences
 Coordonnées  Compléments  
   
estellehenriot@hotmail.fr

-
 

41 chemin des laitières

95230 Soisy-sous-Montmorency

@ Site de reliure :
http://estelle-henriot-reliure.tumblr.com/ 

@ Instagram
https://www.instagram.com/estellehenriot/

 
         
  Bio
     
Pendant ses études à l’école des Arts Décoratifs de Strasbourg (HEAR),
Estelle Henriot a suivi les filières livre et vidéo/performance,
avant de partir en échange au Camberwell College de Londres puis à l’Académie des Beaux-Arts de Bologne, Italie.
La même année, elle a travaillé au sein de l’atelier de reliure Montanari et débuté le projet “Œuvres livres”,
qui met en place des collaborations avec d’autres plasticiens pour arriver à la réalisation d’un objet éditorial hybride.
Diplômée en 2013 d’un DNSEP/ Master 2 d’Art mention Objet à l’ESADS,
puis d’un CAP Arts de la reliure, en candidat libre à l’Académie de Strasbourg,
elle a été engagée comme monitrice à l’atelier livre de la HEAR d’octobre 2013 à janvier 2014.
-
Elle travaille à présent en région parisienne et en Bourgogne à la création de ses pièces,
tout en continuant sa recherche de résidences, de projets d’exposition.
Elle a clôturé son travail d’édition au travers de son projet “Œuvres livres” en 2019,
mais continue son travail d’artisane avec des prestations de reliure et d’éditions.
Elle effectue aussi des ateliers participatifs pour différentes structures depuis 2016,
et a travaillé régulièrement avec le collectif Ne Rougissez Pas ! de 2015 à 2019.
Elle est lauréate du dispositif FoRTE de la Région Ile-de-France en 2019,
pour la création de sa pièce La bohème en résidence au CENTQUATRE-PARIS.
-
Après avoir grandi dans un environnement rural, la découverte de l’espace urbain
a été pour elle un fort moteur de création et de questionnement.
Ses thèmes de prédilection s’axent autour de l’utilisation du langage, de l’individu,
de l’impact de l’environnement (notamment citadin), et de l’emploi des technologies ;
cependant l’anecdote, les “petits riens” du quotidien, forment aussi une partie de ses propositions.
Son matériau principal est issu de différentes récoltes qui, une fois transformées,
s’apparentent à des séries. Pour montrer sa production,
elle travaille sur des installations, utilisant souvent des systèmes in situ préexistants.
Ses lignes directrices s’appuient sur l’humour et le détournement.
Ces bases lui permettent de chercher une forme de communication sociale au travers de la création,
ainsi qu’une réflexion politique (au sens dénonciateur comme au sens de la cité),
par le biais d’un apparent non-sens.